Conclusion

Conclusion

Hergé, durant l’écriture de son livre, s’est notamment inspiré de la fusée v2 dans la conception de XFLR-6. On retrouve des similitudes tout d’abord au niveau de la forme, une forme conique qui repose sur trois pieds dépassants.

               Conclu image 1Conclu image 2         Conclu image 3                

               Fig.1: Fusée v2                                                              Fig.2: Fusée d’Hergé

On retrouve aussi des similitudes au niveau des couleurs de la fusée, Hergé a conservé le damier imaginé par les allemands et permettant d’analyser les mouvements de la fusée lors du dépouillement des films réalisé pendant le vol.

Tant dans le roman de Jules Verne que dans les films de Méliès et de Lang (La Femme sur la Lune, 1928), l'engin capable de transporter des êtres humains vers la Lune est assimilé à un obus. L'ambition d'Hergé était de se référer au nec plus ultra des vaisseaux spatiaux. C'est vers les modèles dessinés (et en particulier la célèbre V2) par le plus grand expert mondial des fusées de l'époque, le docteur Werner Von Braun, que se tourne le dessinateur. La XFLR-6 (le premier prototype imaginé par le professeur Tournesol) est lui aussi inspiré d'un modèle de missile conçu par le savant allemand.

Hergé, durant la conception de sa bande dessinée, a donc été très proche de la réalité. Le moteur imaginé par Hergé permettrait a priori d’être reproduit dans la réalité malgré la dangerosité et la complexité du moteur atomique. La forme de la fusée permet à la fusée de voler puisque celle-ci est similaire à celle des fusées v2 . En revanche, le trajet imaginé par Hergé ne pourrait, dans les conditions actuelles, être réalisé malgré quelques bonnes idées qui sont d’ailleurs utilisées par les scientifiques d’aujourd’hui

 

Ainsi, a l’issue de ce TPE, nous pouvons affirmer que la fusée dessinée par Hergé dans Objectif Lune ne correspond pas réellement à une réalité scientifique. En effet, il y a de nombreuses imperfections notamment au niveau du moteur atomique qui se révèle être très dangereux et de la trajectoire empruntée par la fusée (aucune mise en orbite…). Cependant, nous ne pouvons pas négliger le fait que, pour son époque, Hergé a fait preuve de génie et se montre comme un précurseur: vingt ans après, Neil Armstrong, « Buzz » Aldrin et Michael Collins feront partie de la première mission qui réussira à faire marcher l’Homme sur la Lune: Apollo 11.

                   Conclu image 4                  Conclu image 5

                    Buzz Aldrin sur le sol lunaire                       empreinte de la botte de Buzz Aldrin

                    photographié par Neil Armstrong                  imprimée de façon très nette sur le sol lunaire

                                                 

×